Mesures préventives pour COVID-19

LE FESTIVAL CASTELL DE PERALADA DONNE LE MEILLEUR DE LUI-MÊME

LE FESTIVAL CASTELL DE PERALADA DONNE LE MEILLEUR DE LUI-MÊME

Les billets pour la XXXVº édition seront mis en vente le 26 mai prochain à partir de 10.00 heures sur www.festivalperalada.com et au numéro de téléphone +34 972 53 82 92

 

Le Festival Castell de Peralada fête son 35ème anniversaire avec l’envie de se retrouver avec le public cet été. Des retrouvailles présentielles et respectant toutes les mesures de sécurité et avec une capacité approximative de 70%. Au cours de la conférence de presse de ce matin depuis les Jardins de Peralada, - qui a également pu être suivie en « streaming » et qui peut être récupérée sur le web du festival-, le Festival Castell de Peralada a présenté une édition intense  pour les nuits du 16 juillet au 1er août.

Le Festival Castell de Peralada organisé par la Fondation Castell de Peralada, dispose pour cette édition d’un budget de 2,7 millions d’euros, afin de renforcer son engagement ferme avec les arts, avec le territoire et avec le mécénat culturel. Isabel Suqué Mateu, présidente de la Fondation Castell de Peralada a expliqué que l’édition de cette année sera dédiée à son père, Arturo Suqué i Puig, décédé le 30 avril dernier.

Une édition avec son essence intacte

Ballet for life ou Le Presbytère est un ballet créé par Maurice Béjart inspiré dans les personnages de Freddie Mercury et Jorge Donn, dédié à tous ceux qui sont morts jeunes pendant les années où le SIDA a fait irruption avec force dans la société. Avec un regard optimiste et vital, le Béjart Ballet Lausanne sous la direction artistique de Gil Roman, inaugurera la 35ème édition du Festival la nuit du 16 juillet avec l’un des ballets les plus brillants de toute l’histoire de la danse, une rencontre de génies (Mozart, Mercury, Donn, Béjart, Versace) qui continuent à briller malgré leur absence. La compagnie répétera le spectacle le lendemain, 17 juillet. La danse continuera à avoir le protagonisme absolu de ce festival qui a fait de ce genre l’un de ses sceaux d’identité ; le Ballet de Barcelone donnera la première de Perspectives (22 juillet) et inaugurera à la fois un nouvel espace, le Mirador du Château. À travers la figure du directeur artistique de la jeune compagnie catalane, Chase Johnsey défie les strictes normes de genre inhérentes à cette discipline artistique. Johnsey nous invite à entreprendre un voyage vers un monde de lutte, de rêve et de transformation à partir de la figure iconique du cygne et la musique de Tchaïkovski. Le lendemain, 23 juillet, le festival réunit 5 femmes, 5 danseuses, dont le talent et la persévérance les ont menées à faire partie de quelques-unes des compagnies de danse les plus importants du monde. Monica Hamill et Iratxe Ansa dirigent le gala Ballet Under The Stars avec Lucía Lacarra (danseuse principale du Bayerisches Staatsballett de 2002 à 2016 et Prix National de Danse 2005), Dores André (danseuse principale du Ballet de San Francisco), Ada González (soliste du Ballet de l’Opéra de Bucarest), Maria Khoreva (soliste du Ballet Mariinsky et lauréate de la 1ère édition du Carmen Mateu Young Artist European Award) et  Iratxe Ansa (Prix National de Danse 2020), qui montera également sur la scène. À leurs côtés danseront Matthew Golding (danseur principal du Royal Ballet de 2014 à 2017), Xander Parish (principal du Ballet Mariinsky), Jorge García Pérez (soliste du Ballet de Bâle) et Igor Bacovich (danseur, chorégraphe et fondateur de Metamorphosis Dance avec Iratxe Ansa). Ils interprèteront ensemble des extraits spectaculaires de pièces de danse moderne et le grand pas de deux du répertoire classique connu, virtuose et mondialement célèbre qui vont des classiques, comme Giselle, à des chorégraphies plus récentes de Christopher Wheeldon et Myles Thatcher.

Tosca de Puccini arrive à l’auditorium le 25 juillet en version concert. La compagnie du Teatro Real de Madrid sous la houlette de l’italien Nicola Luisotti, interprèteront l’un des titres les plus impactants de l’univers puccinien, pour lequel le festival a réuni pour l’occasion les brillantes voix de Sondra Radvanovsky, Jonas Kaufmann et Carlos Álvarez dans les rôles principaux. L’opéra mis en scène et la nouvelle production seront également présents dans cette édition du festival de la main d’Haendel. Le 30 juillet, arrive Orlando (HWV 31), le premier des trois opéras du compositeur anglais d’origine allemande, basés sur le poème épique Orlando furioso de Ludovico Ariosto. Dani Espasa dirigera depuis le clavecin l’ensemble baroque Vespres d’Arnadí dans une production qui réunit une distribution de voix acclamées dans ce style comme le sont celles de Xavier Sabata (Orlando), Sabina Puértolas (Angelica), José Antonio López (Zoroastre), Marie Lys (Dorinda) et Eve-Maud Hubeaux (Medoro). Rafael R. Villalobos signe une mise en scène qui centre le foyer de l’intrigue sur le triangle amoureux entre Angelica, Medoro et Dorinda, en établissant des liens entre Orlando : a biography (1928) de Virginia Woolf, avec The Hours, le roman de Michael Cunningham. Le ténor Javier Camarena, une authentique référence du belcanto de sa génération, clôturera l’édition avec  un  concert lyrique accompagné par les bases stables du Gran Teatre du Liceu. Avec un programme sur la musique de Delibes, Bizet, Donizetti, Mozart et Puccini, il sera le protagoniste du gala lyrique du 35èmeanniversaire comme apogée d’une édition qui clôturera la nuit du 1er août.

L’église du Carme accueillera deux débuts retentissants avec deux des voix les plus prisées par les colisées d’opéra du monde entier. Le premier, le français Benjamin Bernheim (24 juillet) l’un des ténors les plus en vue de sa génération à 35 ans seulement, offrira un récital qui combinera chanson et arias d’opéra. Par ailleurs, la soprano wagnérienne du moment, Lise Davidsen, interprètera le 31 juillet, un programme d’opéra et de chanson qui démontre pourquoi elle est l’une des sopranos lyrico-dramatiques les plus complètes de l’actualité. Le lendemain, la voix prodigieuse de la jeune soprano norvégienne, William Christie aux commandes du légendaire ensemble instrumental et vocal, Les Arts Florissants, atterrit à l’l’église du Carme avec la cantate pastorale de Haendel, Aminta e Fillide l’après-midi du 1er août.

Les Jardins de Peralada seront le cadre parfait pour une soirée dédiée à approcher l´opéra au public le plus jeune (29 juillet). Opera Followers est le titre de ce récital frais et sur un ton humoristique, imaginé par Albert Estany et qui comptera sur les voix d’Olga Syniakova et Manuel Fuentes, lauréats du Prix Extraordinaire Festival Castell de Peralada dans le Concours Ténor Viñas 2020 et 2021. Un maître de cérémonies youtuber sera chargé d’inviter le public à entreprendre un voyage vers un monde musical inconnu, éloigné, pour entrer d’une manière progressive dans un univers musical.

Le chanteur et compositeur Rufus Wainwright se produira en solitaire la nuit du 24 juillet. Accompagné de sa guitare et du piano, Rufus fait son retour sur la scène de Peralada avec «Ah! Live Again. Unfollow The Rules solo ». L’affiche est complétée par Sílvia Pérez Cruz avec Farsa (Genre impossible) le 31 juillet. Uniquement accompagnée sur scène par le danseur Andrés Corchero, l’artiste de Palafrugell présente un espace intime, cru, en noir et blanc, un dialogue direct et sans filtres avec le public.

Artistes hors de la scène :

Le Festival Castell de Peralada complète son offre culturelle avec des expositions et des présentations dans le but d’enrichir et d’élargir l’expérience du public. Cette année, on pourra voir l’exposition de Jordi Bernadó « Que sait la beauté du temps ? » Le photographe, auteur de l’affiche de la XXXVº édition du Festival Castell de Peralada, présentera dans les Jardins de Peralada une série de photographies à grand format ; une exposition de son travail et de son langage ironique, qui requiert un moment d’attention pour capter tant l’ensemble que les détails de ses images.

Après l’exposition de photographies et la présentation du livre L’Opéra Cuisine de Johannes Ifkovits et Evelyn Rillé au Festival Castell de Peralada de 2011, arrive la deuxième partie d’une exposition qui porte le même nom. Du 1er juillet au 1er août, le web du festival accueillera une sélection de 16 photographies avec des protagonistes de l’élite du monde de l’opéra aux fourneaux.

Programmation.